Jeunes musulmans américains : une génération qui peine à trouver l’amour

Conseils et Astuces

Sur le site de rencontres américain Minder, il a écrit qu’il aimait faire de la randonnée, faire de longs trajets en voiture et passer du temps avec sa famille. Sur la plateforme Muzmatch, une autre option pour les célibataires musulmans, il a décrit son partenaire idéal comme bien éduqué, ambitieux et drôle. Mais Osman, un courtier d’assurance de 29 ans, a eu peu de chance ans ce domaine. Il n’a jamais rencontré personne via ces applications de rencontres.

couple de musulmans américains avec une femme voilée en blanc

Musulmans américains en difficultés amoureuses

Ainsi, un jour d’hiver, il a fait 300 bornes, a loué une voiture et réservé une chambre d’hôtel.

C’était un samedi soir, et Osman et une soixantaine d’autres personnes prenaient place sous les lustres en cristal d’une salle de bal. Pour beaucoup, y compris Osman, c’était leur premier « banquet matrimonial ».

Chaque année, la Société islamique d’Amérique du Nord (ISNA), l’une des plus anciennes organisations musulmanes du pays, organise une douzaine de banquets comme celui-ci à travers le pays. C’est un moyen de rencontrer d’autres célibataires musulmans dans un pays où la plupart des gens ne sont pas de confession musulmane.

Parce que les musulmans pratiquants (qui effectuent périodiquement salat lorsque l’heure de prière arrive et jeûnent durant le mois de ramadan principalement) évitent généralement les fréquentations ou les relations sexuelles avant le mariage, les banquets offrent une solution alternative, bien qu’imparfaite, à ce que les jeunes musulmans américains considèrent comme un problème ennuyeux : “Il est vraiment difficile de rencontrer quelqu’un dans cette culture”, a déclaré Osman.

Les musulmans ne représentent pas plus de 2% de la population américaine, donc trouver un compagnon de la même confession, c’est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Parmi les immigrants et leurs enfants, il existe également divers degrés de désir – et de pression parentale – de rester fidèles à une certaine forme d’héritage culturel. 

Ajoutez à cela la crise du choix du millénaire : le temps d’écran, les applications de rencontres, l’attente d’une étincelle hollywoodienne ou de conte de fées, deviennent quelque chose qui pourrait ne pas exister réellement, de nos jours.

“Je n’arrête pas de lui dire de se marier”

De l’avis d’Osman, ses parents sont un exemple du genre de couple qui « viennent de s’aimer ». Ils se sont mariés il y a plus de 30 ans au Pakistan, dans le cadre d’un arrangement orchestré par des proches pour répondre à des besoins pratiques plus qu’à des idéaux romantiques.

Mais même si leur couple a duré – élevant trois garçons et grimpant des échelons inférieurs de l’échelle économique à la prospérité de la classe moyenne – leur mariage n’est pas le mariage qu’Osman souhaite vraiment.

Osman veut tomber amoureux. Il veut que cette personne soit musulmane et américaine – mais pas pakistanaise. Il veut quelqu’un comme lui qui est né et a grandi aux États-Unis d’Amérique de parents immigrés, quelqu’un qui est “sur la même longueur d’onde” que lui. « À la recherche de ma Cendrillon, j’ai sa chaussure… », écrit Osman sur son profils en ligne.

En effet, les trois quart des musulmans américains sont des immigrés ou des enfants d’immigrés, et à bien des égards, Osman est issu d’une minorité américaine à la croisée des générations.

Osman se considère « plutôt religieux ». Il ne boit pas de vin ni ne fume pas de tabac ; il ne fréquente pas les femmes — il « ne saurait pas par où commencer », dit-il ; et il considère la religion islamique comme un élément central de sa vie et de son identité. Il n’a jamais vraiment connu le Pakistan de ses parents, mais il apprécie son héritage et partage leur désir de le perpétuer.

La question la plus délicate est de savoir comment exploiter toutes ces choses, comment les trouver chez une autre personne pour fonder une famille. Concrètement, comment la trouver tout en vivant dans une ville californienne de taille moyenne, travaillant de longues heures durant la journée, ce qui laisse peu d’occasions de rencontrer des correspondances potentielles.

Les parents d’Osman pensent qu’il est trop pointilleux et ils mettent la pression depuis que ses frères aînés se sont mariés.

Au centre de la famille, se trouve le mariage. C’est l’acte fondamental qui crée le foyer et perpétue le genre et la culture. L’union des êtres humains constitue un enjeu vital dont la dimension dépasse l’individu et concerne la société toute entière. Grâce au mariage, la société s’est construite et s’est perpétuée. Il est donc normal que la société se préoccupe de construire le couple à son image et se soit efforcée de maîtriser l’une des structures qui déterminent son avenir.

Osman était optimiste quant à ce banquet matrimonial. « Wow », pensa-t-il en examinant la salle.  Je vais rencontrer beaucoup de monde. Les autres célibataires étaient venus de partout : Californie, Maryland, Texas et Canada. Chaque binôme avait trois minutes pour parler – à peine assez de temps pour accomplir quoi que ce soit, Osman s’en est vite rendu compte – mais beaucoup étaient venus avec les mêmes frustrations à propos de la recherche.

Arham, un ingénieur de 26 ans, avait trouvé la même malchance sur les applications de rencontres. Aicha, une décoratrice d’intérieur de 35 ans, avait assisté à deux banquets matrimoniaux précédents, mais n’avait jamais vraiment « craqué » pour qui que ce soit.

Mishal, Sabah, Hera et Azka – tous des étudiants – n’étaient là que parce que leurs mères les avaient inscrits, et ils ont passé une grande partie de leur temps durant l’événement à se parler.

Ensuite, il y avait Nishat, une institutrice de 35 ans, qui n’était là que pour aider sa mère à inscrire les gens, même si sa mère aurait adoré la voir dans la salle de bal. L’ISNA (la Société islamique d’Amérique du Nord ) interdit généralement aux parents d’être dans la salle lors des banquets matrimoniaux précisément à cause de cette tension.

Célibataire pour le reste de ma vie

Ce n’est pas que tout le monde essaie d’apaiser ses parents dans la recherche du futur époux ou épouse, et tout le monde ne procède pas de la même manière. Il n’y a en effet aucun consensus dans la communauté sur ce qui est approprié pour sortir ensemble. Certaines personnes sont très conservatrices et ne fréquentent un prétendant potentiel qu’avec leurs parents.

Certaines comme Nishat sont arrivée à la conclusion qu’être musulmane n’est pas une exigence absolue pour son futur partenaire. Les choses les plus importantes – selon la liste du mari idéal, sont qu’il soit respectueux et gentil, pas raciste, sexiste ou homophobe.

La prolifération des applications de rencontre en ligne et des médias sociaux a facilité certaines pratiques. Non seulement vous pouvez rechercher des critères de base, les profils fournissent également des espaces pour répertorier des éléments tels que l’origine familiale, les langues parlées, diplôme, degré de pratique de la prière, style de vie (ne mange pas de Halal, à titre d’exemple et plusieurs autres critères et préférences), ainsi que du “moment idéal du mariage”.

En effet, le fondement de l’union matrimoniale est ce que le coran décrit comme affection et compassion : « Parmi ses signes, il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et il a mis entre vous de l’affection et de la compassion, il y a eu cela des preuves pour des gens qui réfléchissent ».

Les applications orientées vers les musulmans permettent également aux utilisateurs de définir leur rayon de recherche comme englobant plusieurs pays (par exemple, les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni, le Canada, les Émirats arabes unis, l’Égypte, …..), ou même la planète entière – et beaucoup le font.

Le désir d’épouser un musulman, de se marier au sein d’une culture spécifique et d’apaiser ses parents se heurte à l’âge, à la quête de l’amour parfait et à la réalité de la diaspora, pour produire des attentes irréalistes.

Une fois le banquet matrimonial terminé, Osman et quelques dizaines d’autres se sont glissés dans le couloir. Tout était arrivé si vite, Osman était consterné. “Je pense que je vais juste être célibataire pour le reste de ma vie”, s’est-il plaint à un groupe de ses pairs qui s’était attardé à compatir longtemps après que les accompagnateurs et les organisateurs de l’événement sont rentrés chez eux.

Ils ont réalisé qu’aucun d’entre eux n’avait rencontré de correspondances évidentes, selon les règles et conditions qu’ils ont établi. Et personne n’aura de bonnes nouvelles pour leurs parents quand ils rentreraient à la maison. Ça faisait du bien d’échanger des histoires entre eux. Au moins, ils se sont fait de nouveaux amis, a fait remarquer quelqu’un.

Finalement, ils se sont tous séparés. Le lendemain, les parents d’Osman lui ont répété à quel point il était pointilleux et à quel point ils s’inquiétaient pour lui. Il se demanda s’il devait tenter le prochain banquet matrimonial. Peut-être qu’il y aurait plus de gens de son âge, pensa-t-il. Ils auraient peut-être plus de trois minutes. “Il semble que plus je vieillis, plus ça va être difficile”, a-t-il indiqué.

Noter ce post
Répandre l'Amour et l'amitié

Laisser un commentaire